ART PRIMITIF
ARTS PRIMITIFS / GENERALITES (52 )
AFRIQUE...
Afrique / Généralités (170 )
Bénin (Dahomey) (3 )
Burkina Faso (14 )
Cameroun (1 )
C√īte d'Ivoire (21 )
Congo (Brazzaville/Za√Įre) (45 )
Gabon (7 )
Ghana (4 )
Madagascar (2 )
Mali (20 )
Niger (1 )
Nigéria (15 )
Sierra Léone (1 )
Autres pays d'Afrique... (4 )
OCEANIE (57 )
ASIE...
Indonésie (5 )
Autres pays d'Asie... (3 )
AMERIQUES...
Amérique du nord (2 )
Amérique centrale (1 )
CATALOGUES DE VENTE...
Ventes françaises (4 )
Sotheby's (3 )
PUBLICATIONS / REVUES (6 )
 
 

 
 
Voici les derniers ouvrages mis en vente
 

GANAY S. de

LES DEVISES DES DOGONS

Paris 1941, édition originale, parution limitée
Relié
VIII + 218 p p. , 23 photos n/b , IX pl. n/b , 2 in-texte plans, 2 in-texte cartes
Prix:  87,00 €
Localisation: ART PRIMITIF > AFRIQUE... > Mali
 

Le pr√©sent ouvrage fait partie d’une s√©rie de travaux destin√©s √† exposer les documents ethnographiques recueillis au Soudan fran√ßais, chez les Dogons des Falaises de Bandiagara, au cours des Missions Griaule (Dakar-Djibouti de 1936/1937 - Sahara-Soudan en 1935 - Sahara-Cameroun de 1936/1937) et Lebaudy-Griaule (Niger-Lac Iro de 1938/1939). Ces travaux concernent en particulier les institutions religieuses de cette population. Ces devises s’octroient √©galement aux √™tres mythiques, aux animaux, √† certains objets et, d’une mani√®re g√©n√©rale, √† tout ce qui est porteur de force vitale (nyama). Leur d√©clamation a sur cette force un effet direct, comparable en quelque mani√®re √† celui du sacrifice. Il a donc paru utile de publier sur les devises de Dogons une √©tude particuli√®re qui traite d’un aspect les plus importants du "nyama", notion fondamentale de la religion des populations des falaises nig√©riennes.

 
 

Réf. Tribal-youBooks  : [20/864]
Auteur(s)
:

Titre  :

LES DEVISES DES DOGONS

Type d'ouvrage 
:Ouvrage généraliste ou thématique
Editeur  : Institut d’Ethnologie (Mus√©e de l’Homme), Universit√© de Paris / Travaux et M√©moires de l’Institut d’Ethnologie. - XLI, Paris,  1941
Relié reliure percaline vert fonc√©, demi chagrin √† coins de l’√©poque, dos lisse orn√©, t√™te dor√©e (reliure de Barast). Tr√®s bon √©tat , , in-4, 18 x 27 cm
Contenu
: Contenu : VIII + 218 p p., 23 photos n/b, IX pl.n/b, 2 in-texte plans, 2 in-texte cartes, biblio.
IX planches hors texte illustr√©es de documents photographies en noir et blanc, appendice + index : analytique - des noms propres - des noms g√©ographiques - des auteurs cit√©s - des figures et des planches photographiques, syst√®me de transcription
Informations
 complémentaires
: édition originale, parution limitée
Ouvrage épuisé, très rare et recherché des collectionneurs et des scientifiques pour son étude exhaustive concernant " Les Devises des Dogons ".
Poids 
: Poids : 760 g
Etat de l'ouvrage 
: Très bon état
Prix 
: 87,00 €
Localisation  : ART PRIMITIF > AFRIQUE... > Mali
 

Le pr√©sent ouvrage fait partie d’une s√©rie de travaux destin√©s √† exposer les documents ethnographiques recueillis au Soudan fran√ßais, chez les Dogons des Falaises de Bandiagara, au cours des Missions Griaule (Dakar-Djibouti de 1936/1937 - Sahara-Soudan en 1935 - Sahara-Cameroun de 1936/1937) et Lebaudy-Griaule (Niger-Lac Iro de 1938/1939). Ces travaux concernent en particulier les institutions religieuses de cette population. Ces devises s’octroient √©galement aux √™tres mythiques, aux animaux, √† certains objets et, d’une mani√®re g√©n√©rale, √† tout ce qui est porteur de force vitale (nyama). Leur d√©clamation a sur cette force un effet direct, comparable en quelque mani√®re √† celui du sacrifice. Il a donc paru utile de publier sur les devises de Dogons une √©tude particuli√®re qui traite d’un aspect les plus importants du "nyama", notion fondamentale de la religion des populations des falaises nig√©riennes.

 
 

 

NEWTON D.

MASSIM

Art of the Massim Area, New Guinea

New York 1975, parution limitée
Agrafé
48 p., 76 ill. n/b , 3 dessins , 3 cartes
Prix:  69,00 €
Localisation: ART PRIMITIF > OCEANIE
 

« Massim » - Son origine et son peuple, l’importance de son influence sur la r√©partition de son √©tendue g√©ographique et ses routes commerciales dont les √©changes qui avaient fonction de diagnostique de l’institution de la culture ont suscit√©s une attention intense de la part des anthropologues pour la grande complexit√© des relations commerciales appel√©e "Kula". Le "Kula" peut √™tre consid√©r√© comme le cadre d’appui de cette activit√© ou aussi existant qu’un pr√©texte pour lui, alors que le "Kula" en lui-m√™me n’√©tait pas une op√©ration purement commerciale. L’Art de la r√©gion Massim en Nouvelle-Guin√©e, son art et le surnaturel, son art et l’histoire. La r√©partition des types de proue de pirogue en Nouvelle-Guin√©e et dans la M√©lan√©sie occidentale ainsi que dans l’est de la M√©lan√©sie et de la Polyn√©sie.

 
 

Réf. Tribal-youBooks  : [6/862]
Auteur(s)
:

Titre  :

MASSIM

Art of the Massim Area, New Guinea

Type d'ouvrage 
:Ouvrage généraliste ou thématique
Editeur  : The Museum of Primitive Art, New York,  1975
Agrafé , , in-4, 21.5 x 28 cm
ISBN 0-912294-44-2
Contenu
: Contenu : 48 p., 76 ill. n/b, 3 dessins, 3 cartes, biblio.
Informations
 complémentaires
: parution limitée
Ouvrage √©puis√© et recherch√© pour son √©tude bien compl√®te et th√©matique sur l’art Massim en Nouvelle-Guin√©e
Poids 
: Poids : 260 g
Etat de l'ouvrage 
: Très bon état
Prix 
: 69,00 €
Localisation  : ART PRIMITIF > OCEANIE
 

« Massim » - Son origine et son peuple, l’importance de son influence sur la r√©partition de son √©tendue g√©ographique et ses routes commerciales dont les √©changes qui avaient fonction de diagnostique de l’institution de la culture ont suscit√©s une attention intense de la part des anthropologues pour la grande complexit√© des relations commerciales appel√©e "Kula". Le "Kula" peut √™tre consid√©r√© comme le cadre d’appui de cette activit√© ou aussi existant qu’un pr√©texte pour lui, alors que le "Kula" en lui-m√™me n’√©tait pas une op√©ration purement commerciale. L’Art de la r√©gion Massim en Nouvelle-Guin√©e, son art et le surnaturel, son art et l’histoire. La r√©partition des types de proue de pirogue en Nouvelle-Guin√©e et dans la M√©lan√©sie occidentale ainsi que dans l’est de la M√©lan√©sie et de la Polyn√©sie.

 
 

 

GRIFFIN D. / SPECHT J.

PIECES OF PARADISE

Sydney 1988, parution limitée
Agrafé
48 p., 1 ill. n/b , 84 ill. coul. , 2 photos coul. , 1 cartes
Prix:  16,00 €
Localisation: ART PRIMITIF > OCEANIE
 

"Pi√®ces de Paradis" - Ces objets fa√ßonn√©s du Pacifique ont attir√© les collectionneurs √©trangers pendant plusieurs si√®cles, mais ils restent encore et toujours des objets d’art importants pour les habitants des √ģles du Pacifique eux-m√™mes.

 
 

Réf. Tribal-youBooks  : [6/858]
Auteur(s)
:

Titre  :

PIECES OF PARADISE

Type d'ouvrage 
: Revue
Editeur  : The Australian Museum Trust, Supplement N° 1, Sydney,  1988
Agrafé , , in-4, 21.5 x 29 cm
ISBN 0 7305 4598 9
Contenu
: Contenu : 48 p., 1 ill. n/b, 84 ill. coul., 2 photos coul., 1 cartes
Informations
 complémentaires
: parution limitée
Publication épuisée et peu courante
Poids 
: Poids : 260 g
Etat de l'ouvrage 
: Très bon état
Prix 
: 16,00 €
Localisation  : ART PRIMITIF > OCEANIE
 

"Pi√®ces de Paradis" - Ces objets fa√ßonn√©s du Pacifique ont attir√© les collectionneurs √©trangers pendant plusieurs si√®cles, mais ils restent encore et toujours des objets d’art importants pour les habitants des √ģles du Pacifique eux-m√™mes.

 
 

 

HABERLAND E.

THE CAVES OF KARAWARI

Les Caves du Haut Karawari

New York 1968, parution limitée
Broché
180 p. , 105 pl. n/b , 1 cartes
Prix:  90,00 €
Localisation: ART PRIMITIF > OCEANIE
 

Catalogue de la première exposition concernant les sculptures "karawari" du Sepik avec une présentation et une qualité des photographies de Bill Viola qui en font une publication tout à fait exceptionnelle.


En 1968, avec la publication du professeur Eike Haberland :"Les Grottes du Karawari", plus d’une centaine de figures √† crochets anciennes et √©rod√©es, √† l’aspect extraordinaire, font irruption sur la conscience collective des collectionneurs occidentaux d’art oc√©anien. Pour la premi√®re fois le monde ext√©rieur avait la chance de voir des dizaines de figures √† crochets finement sculpt√©es qui se tenaient √† peu pr√®s √† un m√®tre ou plus de hauteur. Ces figures ont √©t√© d√©couvertes dans des grottes et abris sous roche entre les collines rocheuses de la rivi√®re sup√©rieure du Korewori, un affluent du moyen Sepik. Ce qui rend cette d√©couverte d’autant plus extraordinaire pour le monde de l’art √©tait le fait que les habitants de la r√©gion du Korewori (ou Karawari) n’√©taient pas des jardiniers et des p√™cheurs intensifs comme les peuples iatmul et Chambri, mais √©taient surtout des chasseurs-cueilleurs qui se nourrissaient dans le for√™t, les rivi√®res et les collines pour trouver leur nourriture. L’ensemble de leur population √©tait d’environ 200 et √©tait minuscule en comparaison avec les populations d’arts traditionnels du Sepik plus connus des peuples Iatmul, Sawos et Chambri dont chacun d’eux avait de grands villages et qui ensemble √©taient de plus de 10000. Les habitants du Korewori se r√©unissent en petites colonies ou villages comprenant quelques maisons pr√©sid√©es par une plus grande maison, celle du culte des hommes (tambaran haus). Ils ont longtemps eu quelques petits jardins de taro, mais comme la majeure partie de la r√©gion de Sepik leur aliment principal est le sagou, un palmier cultiv√© qui requiert l’une des formes d’agriculture les moins intensives. Les palmiers se d√©veloppent pendant sept √† quinze ans et n√©cessitent un minimum de soins, peut-√™tre quelques heures chaque ann√©e, plus on sarcle et taille plus la r√©colte est grande, mais les terres mar√©cageuses du Korewori produisent en abondance du sagou avec peu d’effort horticole. La chasse, qui est une activit√© beaucoup plus intensive, excite les int√©r√™ts des hommes et renforce le sens de leurs prouesses et de leur masculinit√© individuelles et collectives. Ces figures √† crochets (appel√©s Aripa ou Yipwon, selon la forme et peut-√™tre le but) avaient √©t√© par le pass√© c√©l√©br√©s dans le "tambaran haus" en tant qu’√©l√©ment du rituel de chasse offrant un moyen d’attirer la bonne fortune sur la chasse. Plus tard, elles ont √©t√© amen√©es aux abris sous roche et de petites grottes de la montagne au-dessus des colonies o√Ļ les figures pourraient ainsi relier les chasseurs et leurs familles au jeu qui √©tait beaucoup recherch√©. Ici, les figures √† crochets ont r√©sid√© pendant des d√©cennies et des si√®cles prot√©g√©es des √©l√©ments par les collines rocheuses. Cette association de figures √† crochets avec les esprits ou les d√©mons -comme l’anthropologue suisse Christian Kaufmann les a appel√©- signifiait que les peuples Korewori auraient traditionnellement laiss√© ces figures tranquille par crainte que tout contact avec elles causerait la maladie ou de mauvaise chasse. Ce n’est seulement qu’apr√®s l’arriv√©e des missionnaires blancs et de quelques patrouilles du gouvernement que les hommes du Korewori ont laiss√© ces pr√©cieuses incarnations d’esprits de chasse pour √™tre vues des √©trangers. La plupart abandonn√®rent la Communaut√©, lorsque les missionnaires convertirent les habitants de purifier celle-ci de tout ce qui √©tait associ√© aux idoles traditionnelles. C’est ainsi que les sculptures quitt√®rent la communaut√© pour entrer dans le monde international de l’art. Cela seulement parce que de nouvelles croyances chr√©tiennes "Korewori" semblaient incompatibles avec les id√©es et les coutumes ant√©rieures.

 
 

Réf. Tribal-youBooks  : [6/856]
Auteur(s)
:

Titre  :

THE CAVES OF KARAWARI

Les Caves du Haut Karawari

Type d'ouvrage 
:Ouvrage généraliste ou thématique
Editeur  : D’Arcy Galleries, New York,  1968
Broché , , 14 x 33.5 cm
Contenu
: Contenu : 180 p., 105 pl.n/b, 1 cartes
105 objets présentés et photographiés pleine page, index
Informations
 complémentaires
: parution limitée
Textes en anglais, français et allemand. Ouvrage thématique épuisé et rare.
Poids 
: Poids : 510 g
Etat de l'ouvrage 
: Très bon état comme neuf
Prix 
: 90,00 €
Localisation  : ART PRIMITIF > OCEANIE
 

Catalogue de la première exposition concernant les sculptures "karawari" du Sepik avec une présentation et une qualité des photographies de Bill Viola qui en font une publication tout à fait exceptionnelle.


En 1968, avec la publication du professeur Eike Haberland :"Les Grottes du Karawari", plus d’une centaine de figures √† crochets anciennes et √©rod√©es, √† l’aspect extraordinaire, font irruption sur la conscience collective des collectionneurs occidentaux d’art oc√©anien. Pour la premi√®re fois le monde ext√©rieur avait la chance de voir des dizaines de figures √† crochets finement sculpt√©es qui se tenaient √† peu pr√®s √† un m√®tre ou plus de hauteur. Ces figures ont √©t√© d√©couvertes dans des grottes et abris sous roche entre les collines rocheuses de la rivi√®re sup√©rieure du Korewori, un affluent du moyen Sepik. Ce qui rend cette d√©couverte d’autant plus extraordinaire pour le monde de l’art √©tait le fait que les habitants de la r√©gion du Korewori (ou Karawari) n’√©taient pas des jardiniers et des p√™cheurs intensifs comme les peuples iatmul et Chambri, mais √©taient surtout des chasseurs-cueilleurs qui se nourrissaient dans le for√™t, les rivi√®res et les collines pour trouver leur nourriture. L’ensemble de leur population √©tait d’environ 200 et √©tait minuscule en comparaison avec les populations d’arts traditionnels du Sepik plus connus des peuples Iatmul, Sawos et Chambri dont chacun d’eux avait de grands villages et qui ensemble √©taient de plus de 10000. Les habitants du Korewori se r√©unissent en petites colonies ou villages comprenant quelques maisons pr√©sid√©es par une plus grande maison, celle du culte des hommes (tambaran haus). Ils ont longtemps eu quelques petits jardins de taro, mais comme la majeure partie de la r√©gion de Sepik leur aliment principal est le sagou, un palmier cultiv√© qui requiert l’une des formes d’agriculture les moins intensives. Les palmiers se d√©veloppent pendant sept √† quinze ans et n√©cessitent un minimum de soins, peut-√™tre quelques heures chaque ann√©e, plus on sarcle et taille plus la r√©colte est grande, mais les terres mar√©cageuses du Korewori produisent en abondance du sagou avec peu d’effort horticole. La chasse, qui est une activit√© beaucoup plus intensive, excite les int√©r√™ts des hommes et renforce le sens de leurs prouesses et de leur masculinit√© individuelles et collectives. Ces figures √† crochets (appel√©s Aripa ou Yipwon, selon la forme et peut-√™tre le but) avaient √©t√© par le pass√© c√©l√©br√©s dans le "tambaran haus" en tant qu’√©l√©ment du rituel de chasse offrant un moyen d’attirer la bonne fortune sur la chasse. Plus tard, elles ont √©t√© amen√©es aux abris sous roche et de petites grottes de la montagne au-dessus des colonies o√Ļ les figures pourraient ainsi relier les chasseurs et leurs familles au jeu qui √©tait beaucoup recherch√©. Ici, les figures √† crochets ont r√©sid√© pendant des d√©cennies et des si√®cles prot√©g√©es des √©l√©ments par les collines rocheuses. Cette association de figures √† crochets avec les esprits ou les d√©mons -comme l’anthropologue suisse Christian Kaufmann les a appel√©- signifiait que les peuples Korewori auraient traditionnellement laiss√© ces figures tranquille par crainte que tout contact avec elles causerait la maladie ou de mauvaise chasse. Ce n’est seulement qu’apr√®s l’arriv√©e des missionnaires blancs et de quelques patrouilles du gouvernement que les hommes du Korewori ont laiss√© ces pr√©cieuses incarnations d’esprits de chasse pour √™tre vues des √©trangers. La plupart abandonn√®rent la Communaut√©, lorsque les missionnaires convertirent les habitants de purifier celle-ci de tout ce qui √©tait associ√© aux idoles traditionnelles. C’est ainsi que les sculptures quitt√®rent la communaut√© pour entrer dans le monde international de l’art. Cela seulement parce que de nouvelles croyances chr√©tiennes "Korewori" semblaient incompatibles avec les id√©es et les coutumes ant√©rieures.

 
 

 

HADDOUF E. / ZAHAN D. / HENNINGER D.

ART NEGRE

cat.expo, Ancienne Douane, Strasbourg : 1/12/1967 - 4/02/1968 Musée de l'Impression, Mulhouse : 15/02 - 15/04/1968
Strabourg 1697, parution limitée
Broché
120 p., 61 ill. n/b , 12 pl. n/b , 1 cartes
Prix:  35,00 €
Localisation: ART PRIMITIF > AFRIQUE... > Afrique / Généralités

Réf. Tribal-youBooks  : [10/854]
Auteur(s)
:

Titre  :

ART NEGRE

Type d'ouvrage 
:Catalogue d'exposition
Ancienne Douane, Strasbourg : 1/12/1967 - 4/02/1968 Mus√©e de l’Impression, Mulhouse : 15/02 - 15/04/1968
Editeur  : Soci√©t√© d’Edition de la Basse-Alsace, Strabourg,  1697
Broché , , in-8, 15.5 x 23.5 cm
Contenu
: Contenu : 120 p., 61 ill. n/b, 12 pl.n/b, 1 cartes, biblio.
catalogue descriptif des objets présentés, index, liste des planches,
Informations
 complémentaires
: parution limitée
Catalogue épuisé devenu rare
Poids 
: Poids : 260 g
Etat de l'ouvrage 
: Très bon état
Prix 
: 35,00 €
Localisation  : ART PRIMITIF > AFRIQUE... > Afrique / G√©n√©ralit√©s

 
0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25