ART PRIMITIF
ARTS PRIMITIFS / GENERALITES (57 )
AFRIQUE...
Afrique / Généralités (200 )
BĂ©nin (Dahomey) (3 )
Burkina Faso (15 )
Cameroun (1 )
CĂ´te d'Ivoire (25 )
Congo (Brazzaville/ZaĂŻre) (59 )
Gabon (7 )
Ghana (5 )
Madagascar (2 )
Mali (23 )
Niger (1 )
Nigéria (18 )
Sierra LĂ©one (1 )
Togo (1 )
Autres pays d'Afrique... (5 )
OCEANIE (63 )
ASIE...
Indonésie (5 )
Autres pays d'Asie... (5 )
AMERIQUES...
Amérique du nord (2 )
Amérique centrale (1 )
CATALOGUES DE VENTE...
Ventes françaises (5 )
Sotheby's (3 )
PUBLICATIONS / REVUES (6 )
 
 

 
 
CĂ´te d'Ivoire
 
 

ALLAND A. Jr.

LA DANSE DE L’ARAIGNEE

Un ethnologue amĂ©ricain chez les Abron (CĂ´te-d’Ivoire)

Paris 1985
Relié
338 p. , 30 photos n/b , 6 cartes
Prix:  22,00 €
 

"La Danse de l’AraignĂ©e" est une Ă©tude approfondie des Abron de CĂ´te-d’Ivoire. Ils se rĂ©vèlent comme une sociĂ©tĂ© structurĂ©e et monarchique. L’on dĂ©couvre combien la civilitĂ© est essentielle ainsi que les mĂ©faits du nĂ©ocolonialisme sur le monde traditionnel des Abron. La danse permet d’accĂ©der Ă  la connaissance avec le Dieu, par l’intermĂ©diaire de la transe et de la possession. Toutes les cĂ©rĂ©monies sont dĂ©crites avec d’autant plus de vie qu’Alland y a participĂ©. "La Danse de l’araignĂ©e" est un des grands classiques de rĂ©fĂ©rence sur l’Afrique.

 
 

Réf. Tribal-youBooks  : [15/131]
Auteur(s)
:

Titre  :

LA DANSE DE L’ARAIGNEE

Un ethnologue amĂ©ricain chez les Abron (CĂ´te-d’Ivoire)

Type d'ouvrage 
:Ouvrage généraliste ou thématique
Editeur  : France Loisirs, Terre Humaine, Paris,  1985
Relié cartonnage d'éditeur , sous jaquette illustrée en couleur très bon état , , in-8, 14 x 20.5 cm
ISBN 2-7242-2544-9
Contenu
: Contenu : 338 p., 30 photos n/b, 6 cartes
4 schémas, annexes et index.
Poids 
: Poids : 510 g
Etat de l'ouvrage 
: Très bon état
Prix 
: 22,00 €
 

"La Danse de l’AraignĂ©e" est une Ă©tude approfondie des Abron de CĂ´te-d’Ivoire. Ils se rĂ©vèlent comme une sociĂ©tĂ© structurĂ©e et monarchique. L’on dĂ©couvre combien la civilitĂ© est essentielle ainsi que les mĂ©faits du nĂ©ocolonialisme sur le monde traditionnel des Abron. La danse permet d’accĂ©der Ă  la connaissance avec le Dieu, par l’intermĂ©diaire de la transe et de la possession. Toutes les cĂ©rĂ©monies sont dĂ©crites avec d’autant plus de vie qu’Alland y a participĂ©. "La Danse de l’araignĂ©e" est un des grands classiques de rĂ©fĂ©rence sur l’Afrique.

 
 

 

AMON D'ABY F. J.

CROYANCES RELIGIEUSES ET COUTUMES JURIDIQUES DES AGNI DE LA CĂ”TE D’IVOIRE

Paris 1960, édition originale, parution limitée
Broché
184 p. , VIII illustrĂ©es de 14 ph. n/b. pl. n/b , 2 dĂ©pliantes cartes
Prix:  33,00 €
 

Chez les AGNI de CĂ´te d’Ivoire, d’origine ASHANTI, qui occupaient autrefois le pays Agnuan- Agnuan, non loin de la rivière Pra, affluent de la Volta, le monde invisible est peuplĂ© d’une infinitĂ© d’esprits bons ou mauvais, s’aidant ou se combattant mutuellement, s’intĂ©ressant ou non Ă  la vie des hommes. Ces esprits pour nous apparaĂ®tre prennent la forme d’un animal, d’un vĂ©gĂ©tal ou mĂŞme d’un minĂ©ral. Le but recherchĂ© par les Agni Ă©tait de se concilier les faveurs de cette multitude de dieux. Il y a une hiĂ©rarchie qui règle les rapports entre les dieux d’un mĂŞme royaume. Au dessus de toutes les divinitĂ©s, trĂ´ne ALLUKO - NYAMIA - KADYO, dieu transcendant crĂ©ateur et roi de l’univers. Il guĂ©rit par l’intermĂ©diaire des gĂ©nies qui ne peuvent rien sans lui. A cĂ´tĂ© du monde des dieux, il y a EBBOLO, royaume des morts oĂą habitent les ancĂŞtres. Ils ont droit Ă  un culte de la part des vivants, et veillent sur ceux - ci dans la mesure oĂą ils s’acquittent de ce devoir de piĂ©tĂ©. En cas de nĂ©gligence, ils leur envoient au contraire la maladie et la malchance. Dieux, ancĂŞtres et gĂ©nies inspirent et guident les humains par des songes et des prĂ©sages, et entourent de leur protection ceux qui se placent sous leur influence par le port de certaines amulettes... A quelques exceptions près, la quasi-totalitĂ© des sociĂ©tĂ©s ouest-africaines partage la croyance sur le culte des ancĂŞtres. Les conceptions mortuaires reposent sur deux prĂ©liminaires fondamentaux : les morts continuent d’exister parmi les vivants et, de plus, le contact avec eux est possible. "Ceux qui sont morts ne sont jamais partis ; Ils sont dans l’ombre qui s’Ă©claire, ils sont dans l’ombre qui s’Ă©paissit. Les morts ne sont pas morts..." L’auteur traite dans la première partie : des croyances religieuses, puis en deuxième partie : du rituel et enfin en dernière partie : des coutumes juridiques.

 
 

Réf. Tribal-youBooks  : [15/358]
Auteur(s)
:

Titre  :

CROYANCES RELIGIEUSES ET COUTUMES JURIDIQUES DES AGNI DE LA CĂ”TE D’IVOIRE

Type d'ouvrage 
:Ouvrage généraliste ou thématique
Editeur  : Editions Larose, Paris,  1960
Broché , , in-8, 14 x 22.5 cm
Contenu
: Contenu : 184 p., VIII illustrĂ©es de 14 ph. n/b. pl.n/b, 2 dĂ©pliantes cartes
Table des planches.
Informations
 complémentaires
: édition originale, parution limitée
Ouvrage épuisé recherché pour son étude thématique sur la culture et la tradition ancestrale des AGNI.
Poids 
: Poids : 280 g
Etat de l'ouvrage 
: Très bon état compte tenu de son ancienneté (certaines pages ne sont pas encore coupées)
Prix 
: 33,00 €
 

Chez les AGNI de CĂ´te d’Ivoire, d’origine ASHANTI, qui occupaient autrefois le pays Agnuan- Agnuan, non loin de la rivière Pra, affluent de la Volta, le monde invisible est peuplĂ© d’une infinitĂ© d’esprits bons ou mauvais, s’aidant ou se combattant mutuellement, s’intĂ©ressant ou non Ă  la vie des hommes. Ces esprits pour nous apparaĂ®tre prennent la forme d’un animal, d’un vĂ©gĂ©tal ou mĂŞme d’un minĂ©ral. Le but recherchĂ© par les Agni Ă©tait de se concilier les faveurs de cette multitude de dieux. Il y a une hiĂ©rarchie qui règle les rapports entre les dieux d’un mĂŞme royaume. Au dessus de toutes les divinitĂ©s, trĂ´ne ALLUKO - NYAMIA - KADYO, dieu transcendant crĂ©ateur et roi de l’univers. Il guĂ©rit par l’intermĂ©diaire des gĂ©nies qui ne peuvent rien sans lui. A cĂ´tĂ© du monde des dieux, il y a EBBOLO, royaume des morts oĂą habitent les ancĂŞtres. Ils ont droit Ă  un culte de la part des vivants, et veillent sur ceux - ci dans la mesure oĂą ils s’acquittent de ce devoir de piĂ©tĂ©. En cas de nĂ©gligence, ils leur envoient au contraire la maladie et la malchance. Dieux, ancĂŞtres et gĂ©nies inspirent et guident les humains par des songes et des prĂ©sages, et entourent de leur protection ceux qui se placent sous leur influence par le port de certaines amulettes... A quelques exceptions près, la quasi-totalitĂ© des sociĂ©tĂ©s ouest-africaines partage la croyance sur le culte des ancĂŞtres. Les conceptions mortuaires reposent sur deux prĂ©liminaires fondamentaux : les morts continuent d’exister parmi les vivants et, de plus, le contact avec eux est possible. "Ceux qui sont morts ne sont jamais partis ; Ils sont dans l’ombre qui s’Ă©claire, ils sont dans l’ombre qui s’Ă©paissit. Les morts ne sont pas morts..." L’auteur traite dans la première partie : des croyances religieuses, puis en deuxième partie : du rituel et enfin en dernière partie : des coutumes juridiques.

 
 

 

BOYER A-M.

LES WAN, MONA ET KOYAKA DE CĂ”TE D’IVOIRE

Le sacré, le secret

Genève 2011
Broché
176 p. , 142 ill. coul. , 4 cartes
Prix:  25,00 €
 

L’histoire, la culture et l’art des peuples Wan, Mona et Koyaka - Le culte du secret, la statuaire, les masques au double statut : le Goli, les masques sacrĂ©s et secrets, le Doh des Koyaka de la rĂ©gion de Mankono, le GyĂ© la Mona, la vulve, "divinitĂ©" majeure et les sculpteurs... Ces trois peuples, il est vrai, vivent dans une rĂ©gion relativement reculĂ©e, au bout de pistes difficiles dans le centre-ouest de la CĂ´te-d’Ivoire le long des berges de la rivière du Bandama blanc et de ses affluents le BĂ©rĂ© et le MarahouĂ©, et leur art est pour une large part "invisible" au voyageur qui traverse le pays et qui n’a que peu de chance de voir des danses avec des masques (la plupart interdits aux femmes, africaines ou occidentales) alors que les statues sont dissimulĂ©es au fond des maisons. Mais l’ignorance de l’occident Ă  l’Ă©gard de ces peuples provient surtout du culte du secret qui leur a permis de rĂ©sister, pendant des siècles, Ă  beaucoup d’asservissements et de prĂ©server leur indĂ©pendance artistique : un secret qui chez eux a un lien profond avec le sacrĂ©. LĂ©vi-Srauss ne disait-il pas : "La vĂ©ritĂ© s’indique au soin qu’elle met Ă  se dissimuler" ?

 
 

Réf. Tribal-youBooks  : [15/650]
Auteur(s)
:

Titre  :

LES WAN, MONA ET KOYAKA DE CĂ”TE D’IVOIRE

Le sacré, le secret

Type d'ouvrage 
:Ouvrage généraliste ou thématique
Editeur  : Fondation Culturelle MusĂ©e Barbier-Mueller, Genève,  2011
Broché , , in-4, 18.5 x 24 cm
ISBN 9782754105514
Contenu
: Contenu : 176 p., 142 ill. coul., 4 cartes, biblio.
notes, glossaire,
Poids 
: Poids : 760 g
Etat de l'ouvrage 
: Très bon état
Prix 
: 25,00 €
 

L’histoire, la culture et l’art des peuples Wan, Mona et Koyaka - Le culte du secret, la statuaire, les masques au double statut : le Goli, les masques sacrĂ©s et secrets, le Doh des Koyaka de la rĂ©gion de Mankono, le GyĂ© la Mona, la vulve, "divinitĂ©" majeure et les sculpteurs... Ces trois peuples, il est vrai, vivent dans une rĂ©gion relativement reculĂ©e, au bout de pistes difficiles dans le centre-ouest de la CĂ´te-d’Ivoire le long des berges de la rivière du Bandama blanc et de ses affluents le BĂ©rĂ© et le MarahouĂ©, et leur art est pour une large part "invisible" au voyageur qui traverse le pays et qui n’a que peu de chance de voir des danses avec des masques (la plupart interdits aux femmes, africaines ou occidentales) alors que les statues sont dissimulĂ©es au fond des maisons. Mais l’ignorance de l’occident Ă  l’Ă©gard de ces peuples provient surtout du culte du secret qui leur a permis de rĂ©sister, pendant des siècles, Ă  beaucoup d’asservissements et de prĂ©server leur indĂ©pendance artistique : un secret qui chez eux a un lien profond avec le sacrĂ©. LĂ©vi-Srauss ne disait-il pas : "La vĂ©ritĂ© s’indique au soin qu’elle met Ă  se dissimuler" ?

 
 

 

BOYER A-M.

BAULE

Milan 2008
Broché
176 p. , 18 photos n/b , 1 pl. n/b , 62 pl. coul. , 1 cartes
Prix:  33,00 €
 

Les Baule, installĂ©s au centre de la CĂ´te-d’Ivoire, possèdent un art extrĂŞmement diversifiĂ©, dans presque toute catĂ©gorie d’objets, comme si chaque Ă©lĂ©ment utilitaire Ă©tait source de crĂ©ation. Alors que les peuples voisins se bornent souvent Ă  sculpter des masques, et d’autres uniquement des statuettes, les Baule, en plus de ces formes d’expression toujours en usage, possĂ©daient jadis des portes, des cuillers, des poulies, des tambours dĂ©corĂ©s, et ils ont su tirer parti des moindres ustensiles : sièges, marteaux de gongs, lance-pierres... Foisonnement artistique qui se traduit aussi par la manière dont tous les matĂ©riaux sont utilisĂ©s : le bois, les tissus, le mĂ©tal, l’or... Et très souvent ce sont les oeuvres Ă  priori les plus humbles qui sont aussi les plus fortes sur le plan esthĂ©tique. Cet ouvrage nous offre une vue d’ensemble du peuple baule afin de mieux comprendre comment des formes et des styles très divers proviennent d’un ensemble unique. Il examine l’art baule Ă  travers des photographies de terrain et une cinquantaine de pièces, dont certaines sont de vĂ©ritables chefs-d’oeuvres, provenant de musĂ©es ou de collections particulières.

 
 

Réf. Tribal-youBooks  : [15/318]
Auteur(s)
:

Titre  :

BAULE

Type d'ouvrage 
:Ouvrage généraliste ou thématique
Editeur  : 5 Continents Editions, Visions d’Afrique, Milan,  2008
Broché , , in-4, 17 x 24.5 cm
ISBN 978-88-7439-385 -5
Contenu
: Contenu : 176 p., 18 photos n/b, 1 pl.n/b, 62 pl.coul., 1 cartes, biblio.
légendes des planches
Poids 
: Poids : 760 g
Etat de l'ouvrage 
: Très bon état
Prix 
: 33,00 €
 

Les Baule, installĂ©s au centre de la CĂ´te-d’Ivoire, possèdent un art extrĂŞmement diversifiĂ©, dans presque toute catĂ©gorie d’objets, comme si chaque Ă©lĂ©ment utilitaire Ă©tait source de crĂ©ation. Alors que les peuples voisins se bornent souvent Ă  sculpter des masques, et d’autres uniquement des statuettes, les Baule, en plus de ces formes d’expression toujours en usage, possĂ©daient jadis des portes, des cuillers, des poulies, des tambours dĂ©corĂ©s, et ils ont su tirer parti des moindres ustensiles : sièges, marteaux de gongs, lance-pierres... Foisonnement artistique qui se traduit aussi par la manière dont tous les matĂ©riaux sont utilisĂ©s : le bois, les tissus, le mĂ©tal, l’or... Et très souvent ce sont les oeuvres Ă  priori les plus humbles qui sont aussi les plus fortes sur le plan esthĂ©tique. Cet ouvrage nous offre une vue d’ensemble du peuple baule afin de mieux comprendre comment des formes et des styles très divers proviennent d’un ensemble unique. Il examine l’art baule Ă  travers des photographies de terrain et une cinquantaine de pièces, dont certaines sont de vĂ©ritables chefs-d’oeuvres, provenant de musĂ©es ou de collections particulières.

 
 

 

BOYER A-M. / GIRARD P. / RIVIERE M.

ARTS PREMIERS DE CĂ”TE D’IVOIRE

cat.expo, Château Saint-Jean, La Flèche: 11 janvier - 3 mars 1997
Saint-Maur 1997
Broché
140 p. , 130 ill. coul. , 4 photos coul. , 1 cartes
Prix:  29,00 €
 

Terre mosaĂŻque, riche de la diversitĂ© des ethnies qui la composent, la CĂ´te d’Ivoire a Ă©tĂ© et demeure un carrefour d’immigration, le creuset dans lequel diffĂ©rentes populations ont pu Ă©laborer un art plastique aux expressions multiples. Masques, statuaires, objets usuels traduisant dans leurs plus humbles dĂ©tails une constante recherche esthĂ©tique, toute ces oeuvres, de style, de matières, de sujets très variĂ©s, sont pourtant l’expression particulière d’une seule et mĂŞme aspiration Ă , la beautĂ©.

 
 

Réf. Tribal-youBooks  : [15/672]
Auteur(s)
:

Titre  :

ARTS PREMIERS DE CĂ”TE D’IVOIRE

Type d'ouvrage 
:Catalogue d'exposition
Château Saint-Jean, La Flèche : 11 janvier - 3 mars 1997
Editeur  : Editions SĂ©pia, Saint-Maur,  1997
Broché , , in-4, 23 x 30 cm
ISBN 2-84280-008-7
Contenu
: Contenu : 140 p., 130 ill. coul., 4 photos coul., 1 cartes, biblio.
Poids 
: Poids : 1010 g
Etat de l'ouvrage 
: Comme neuf
Prix 
: 29,00 €
 

Terre mosaĂŻque, riche de la diversitĂ© des ethnies qui la composent, la CĂ´te d’Ivoire a Ă©tĂ© et demeure un carrefour d’immigration, le creuset dans lequel diffĂ©rentes populations ont pu Ă©laborer un art plastique aux expressions multiples. Masques, statuaires, objets usuels traduisant dans leurs plus humbles dĂ©tails une constante recherche esthĂ©tique, toute ces oeuvres, de style, de matières, de sujets très variĂ©s, sont pourtant l’expression particulière d’une seule et mĂŞme aspiration Ă , la beautĂ©.

 
 

 

0 | 5 | 10 | 15 | 20